Henri IV et sa tête


Dans la période d’agitation que fut la révolution française, de nombreux monuments, symboles du pouvoir royal ou religieux, furent défigurés, et même le sommeil de Rousseau, précurseur de la révolution, fut troublé par ses admirateurs lorsqu’ils le déplacèrent vers un lieu plus adapté.
Les exemples de destruction du patrimoine sont nombreux. Les têtes des statues situées sur la façade de notre dame furent séparées de leurs corps, les révolutionnaires y ayant vu un symbole royal, alors que le royaume dont il s’agissait était spirituel.
La basique saint Denis, nécropole des rois de France, fut également le lieu de ce genre de dégradation, comme en fut témoin le conservateur du patrimoine Alexandre Lenoir.
D’après les dernières nouvelles en date, au moins trois têtes auraient été déparées de leurs corps, qui furent eux jetés dans des fosses communes, les têtes ayant vraisemblablement été récupérées par quelqu’un qui était plutôt en faveur de la sauvegarde du patrimoine, une sorte de précurseur de l’Unesco.
Parmi ces têtes, nous savons aujourd’hui que l’une d’elle était celle du bon roi Henri IV, dont le corps fut embaumé, contrairement aux autres rois de France a la mode italienne après son assassinat par Ravaillac.

En 2008, Louis de Bourbon, qui porte le titre de Duc d’Anjou, est contacté, on lui dit qu’on a trouvé une tête chez un retraité qui l’avait acheté 5000 francs à la sœur de Joseph-Emile Bourdais en 1955, la conservant depuis dans une caisse dans son grenier et que celle-ci pourrait bien être celle de son illustre ancêtre. On lui demande de l’aide pour authentifier la tête. Comme il le dit dans une interview suite a l’authentification de la tête, son rôle dans l’affaire a été plutôt d’un ordre diplomatique, de mise en relation de personnes pour que le projet se mette en place, et certainement financier. Le banquier descendant de roi évoque la somme dérisoire de 10 000 euros qu’il aurait aidé à rassembler. Celui-ci explique qu’il souhaite que la tête de son aïeul rejoigne sa sépulture en compagnie de son corps, et de ceux des autres rois et reines, de la manière la plus « digne possible ». La découverte de la tête est due a deux journalistes, Stéphane Gabet et Pierre Belet qui cherchaient sa trace depuis un moment. Les retraités étaient en possession de la tête depuis 50 ans.

Avant que la tête n’atterrisse chez le retraité qui la gardait jalousement, sa trace aurait été retrouvée dans la collection privée d’un comte allemand au XIXe siècle, puis en 1919 lorsqu’un brocanteur de Montmartre originaire de Dinard, Joseph-Emile Bourdais, l’achète pour trois francs lors d’une vente aux enchères à l’Hôtel Drouot.
L’étude réalisée par l’équipe multidisciplinaire de scientifiques menés par le médecin légiste Philippe Charlier et publiée par le British Medical Journal en 2010 a réalisé les examens suivants sur la tête : la datation au carbone 14 qui fait remonter la crâne à une période comprise entre 1450 et 1650, des correspondances anatomiques (âge, sexe, grain de beauté à l’aile du nez, trou de boucle d’oreille, lésion osseuse à la bouche trace de l’estafilade due à la tentative de meurtre par Jean Châtel, couleur des cheveux et de la barbe, mauvais état de la dentition, superpositions faciales réalisés par tomographie assistée par ordinateur), analyses toxicologiques (le plomb retrouvé est le même que celui tapissant son cercueil), technique d’embaumement : le crâne n’a été ni scié, ni trépané ou perforé comme cela était l’usage à l’époque mais « embaumé avec l’art des Italiens », comme l’écrit Lamartine, par Pierre Pigray qui a utlisé du noir animal (révélé par la spectroscopie Raman) pour protéger le cadavre de la putréfaction.

En 2011, le journaliste et historien Philippe Delorme conteste le fait que la tête retrouvée soit celle d’Henri IV, selon lui, les preuves apportées ne sont pas suffisantes.

Publicités
Comments
One Response to “Henri IV et sa tête”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Capet, de Catherine de Médicis ou de Charles VI) pour en faire un trafic. Il décrit ainsi Henri IV sorti de son cercueil en 1793 :« Le cadavre, considéré comme une momie sèche, avait le crâne […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :